Une histoire du Royaume-Uni de 1900 à nos jours

François-Charles Mougel publie:

Une histoire du Royaume-Uni de 1900 à nos jours

Originalité, puissance et continuité. Ces trois mots semblent suffire à résumer ce qui fait l’identité britannique : l’insularité, la langue, le nationalisme, la tradition ou la résistance aux révolutions et aux invasions. Autant de traits qui composent un portrait presque éternel, parfois critiqué, souvent idéalisé.
Mais pour fidèle qu’elle soit, cette image reflète-t-elle toute la spécificité d’Albion ? Entre unité nationale et revendications régionales, entre démocratie
et élitisme, entre impérialisme et décolonisation, entre modernité et passéisme, quel a été et quel est le vrai visage du Royaume-Uni, de Victoria à Elisabeth II ? Probablement plus un kaléidoscope qu’un cliché unique. Et, pour mieux l’observer, l’histoire est sans doute le meilleur guide.
Tel est le but de cet ouvrage qui retrace les étapes d’un parcours singulier ayant fait d’un empire planétaire une puissance moyenne mais toujours rayonnante, sans cesse capable de rebondir face aux défis et aux difficultés. C’est cette résilience constante qui a donné au destin britannique une réelle valeur d’exemplarité pour en faire, de 1900 à aujourd’hui, une référence et, souvent, un modèle.
François-Charles Mougel est Professeur émérite d’Histoire contemporaine à Sciences-Po Bordeaux
membre du CEMMC (Université de Bordeaux-Montaigne, Bordeaux III)
Co-responsable de l’axe Elites

L’Europe dans la construction politique et identitaire russe du XIXe siècle à nos jours

Stéphanie Burgaud, Delphine Placidi-Frot (dir.), L’Europe dans la construction politique et identitaire russe du XIXe siècle à nos jours, éditions Rue d’Ulm, 2013, 187 p.

couv Europe-RussieBurgaud_2013

La politique extérieure russe est (re)devenue un objet majeur de préoccupation pour l’Europe au cours des dernières années, notamment depuis la guerre russo-géorgienne de l’été 2008. Les prises de parole d’« experts » se sont alors multipliées, souvent en dehors du champ universitaire. Les auteurs de cet ouvrage y ont vu la nécessité d’un dialogue renouvelé entre disciplines de sciences humaines et sociales. S’appuyant sur la richesse polysémique de la relation entre Russie et Europe, le livre met en relief, de manière diachronique, le rôle de l’Europe dans la construction politique et identitaire russe. On le constate dans la formation des stratégies, dans la prise des décisions, dans le rapport au monde des individus qui parfois forment réseaux. Des guerres napoléoniennes à nos jours, les auteurs traquent leur objet sur près de deux siècles, relativisant chemin faisant les interrogations d’actualité et redéfinissant à coup sûr les ruptures et les continuités de cette histoire.

Stéphanie BURGAUD est ancienne élève de l’ENS Ulm, docteur en histoire de l’université Paris 4 Sorbonne, professeur agrégé à l’IEP de Toulouse et chercheur au LaSSP (Laboratoire des sciences sociales du politique).

Delphine PLACIDI-FROT est professeur des universités en science politique à l’université de Poitiers et chercheuse au CECOJI (Centre d’études sur la coopération juridique internationale).

existe en version papier et en version numérique

Les institutions européennes font leur histoire

Michel MANGENOT et Sylvain SCHIRMANN (dir.), Les institutions européennes font leur histoire. Regards croisés soixante ans après le traité de Paris, Peter Lang, Bruxelles, 2012. 274 p.
ISBN 978-90-5201-882-9

Quelles sont les raisons qui poussent les institutions européennes à faire écrire leur histoire ? Cet ouvrage rassemble pour la première fois tous les auteurs de ces histoires institutionnelles ainsi que leurs commanditaires. Prenant pour objet les enjeux de mémoire au sein des institutions européennes, il met au centre de l’analyse la pratique encore peu interrogée de l’autohistoire ou de la rétrospection institutionnelle. Au-delà du débat sur une forme d’historiographie officielle, les contributions entendent comprendre, dans une perspective comparative avec d’autres champs historiques, ce que signifie écrire l’histoire d’institutions pour elles-mêmes. En revenant sur les conditions méthodologiques de réalisation et, en particulier, sur le dialogue entre archives orales et écrites, elles révèlent une pluralité de pratiques et de rapports à l’histoire.

L’Empire des Français (1799-1815)

Aurélien Lignereux, Histoire de la France contemporaine, t. I. L’Empire des Français (1799-1815), coll.   l’Univers historique, 2012,  432 pages.

Pour se distinguer d’une bibliographie pléthorique sur le Premier Empire, cet ouvrage peut faire valoir trois ambitions majeures : rassembler, renouveler, anticiper.
Rassembler : il manquait une grande synthèse suggestive qui ne se laissât pas prendre aux rets de la biographie anecdotique, de l’histoire événementielle ou du roman national, et saisisse le régime à la fois comme une république et une monarchie, en le replaçant dans le contexte postrévolutionnaire.
Renouveler : Aurélien Lignereux saisit les flux qui innervent ses diverses parties dans une perspective délibérément européenne, suivant les récentes recherches d’historiens anglo-saxons et italiens, sans cesser d’interroger le lien entre Napoléon et les 40 millions de Français embarqués dans l’aventure impériale.
Anticiper : il s’agit aussi de poser les fondements d’une histoire nouvelle qui prenne au sérieux l’idée impériale comme expérience, certes inachevée mais décisive dans les représentations collectives, de transmutation de la nation française en Empire, avec toutes les contradictions qu’implique la rencontre entre expansionnisme et universalisme.

Lire un extrait

 L’auteur: Ancien élève de l’ENS Ulm et agrégé d’histoire, maître de conférences à Sciences Po Grenoble, Aurélien Lignereux est notamment l’auteur de Servir Napoléon. Policiers et gendarmes dans les départements annexés. 1796-1814 (Champ Vallon, à paraître en 2012).